L’association

L’AREJ

« Former pour Transformer»

Logo ArejL’Action Réelle sur l’Environnement, l’enfance et la Jeunesse (AREJ) est une association togolaise créée en 1999 (à l’époque sous le nom de CD2A) à Cinkassé, au Nord du Togo, par Jacques NAMETOUGLI qui souhaitait œuvrer en faveur de la jeunesse pauvre et abandonnée. L’AREJ est une entreprise de développement socio–économique qui propose à des jeunes en difficulté une formation professionnelle pour une meilleure insertion en milieu rural. Elle s’est spécialisée dans la revalorisation des terres épuisées et dans l’insertion sociale de la jeunesse en difficulté. Basé sur le système éducatif de Jean Bosco, elle a pour objet d’éveiller les populations rurales aux possibilités de réussite dans leur milieu. Son centre de formation fonctionne sur le principe de la démonstration.

En 2014, AREJ s’investit dans la sensibilisation des producteurs de sa région et donne naissance à la coopérative Agro-bio-Savanes couvrant les 5 préfectures de la région des Savanes au Togo, afin de vulgariser l’agro-écologie et la préservation des semences paysannes. Son objectif est donc de promouvoir l’agriculture écologique dans la région des Savanes et dans tout le Togo à travers la sensibilisation, la formation et la transmission des savoirs-faire et de la démarche agroécologiques.

IMGP2746

Contexte local

  • Le Togo est un pays membre de la confédération des Etats d’Afrique de l’Ouest. Il se situe au 200ème rang sur 226 pour le PNB par habitant.
  • 80% de sa population exerce une activité d’origine agricole, mais les infrastructures de ce secteur n’ont pas été très développées.
  • 60 % de la population n’est pas en mesure de s’octroyer les 3 repas par jour tout au long de l’année (surtout en période de soudure).

Dans la région des Savanes au nord du Togo, la rudesse du climat et les modifications socio-économiques ont pour conséquences que les pratiques en agriculture conventionnelle ne peuvent plus satisfaire les besoins des familles. Ces contraintes rendent le métier d’agriculteur pénible et peu attrayant. Le rendement des cultures céréalières sur des terrains pauvres et mal exploités varie de 400 à 700 kg / ha, ce qui est insuffisant pour assurer une bonne alimentation pour toute la population. Face à ce constat, l’agroécologie propose de préserver les patrimoines nourriciers et de régénérer les sols dégradés. Un premier objectif est d’améliorer et de diversifier l’alimentation des familles. Un second objectif est la création d’activités génératrices de revenues basées sur la valorisation des productions agricoles locales et écologiques.

 

Pour changer l’image de l’agriculture, il faut développer les nouvelles méthodes de techniques culturales. Elles doivent permettre à l’agriculteur de travailler et de disposer d’un revenu pendant les douze mois de l’année. Le centre de l’AREJ propose des formations aux exploitants agricoles et animateurs ruraux au cours desquelles ils acquièrent les connaissances et aptitudes nécessaires pour exercer le métier d’agriculteur en fonction de leurs possibilités et des réalités de leur milieu.

Après plus de 15 ans d’existence, l’AREJ dispose d’un centre de formation et de personnes ressources qualifiées pour assurer la diffusion de l’agroécologie à l’échelle de la sous-région. Les huit animateurs en agroécologie de l’AREJ ont été formés de 2011 à 2013 au centre de formation de l’AIDMR à Betta au Burkina Faso. Ces formations, qui ont rassemblé des paysans de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, ont été organisées et accompagnées par différentes organisations :

  • Terre & Humanisme, association française qui œuvre pour la promotion et la diffusion de l’agroécologie à travers le monde,
  • AIDMR (Association Interzone pour le Développement en Milieu Rural), une association paysanne burkinabé créée en 2002, active dans le centre-Nord et le plateau central du Burkina Faso, qui vise également la diffusion de l’agroécologie par des formations et des pratiques sur le terrain.
  • BEDE (Biodiversité : Echanges et Diffusions d’Expériences), une association française qui travaille sur la valorisation des semences paysannes.
  • CAPROSET (Centre Agroécologique de Production de Semences Tropicales), une association malienne basée prés de Gao créée en 2006, qui fait la promotion des semences locales reproductibles.

IMGP2401


 

Objectifs généraux

L’AREJ a pour objectifs généraux :

  • Assurer la sécurité alimentaire de tous.
  • Diminuer l’exode des jeunes.
  • Préserver les ressources.
  • Donner accès à une formation.
  • Revaloriser l’image de l’agriculture.

 

Objectifs spécifiques

Pour arriver à cela la ferme a pour objectifs spécifiques :

  • Donner aux jeunes une formation professionnelle complète, moderne et adaptée en agriculture et en artisanat.
  • Mettre à disposition des jeunes des moyens de formation et d’installation sous forme participative.
  • Démontrer les possibilités de réussites de l’agriculture en fonction des pratiques.
  • Soutenir les populations environnantes.

 

La mission de l’AREJ

L’association a pour mission de travailler à la promotion sociale et économique des jeunes ruraux et le monde paysan en général grâce à des méthodes d’intervention basées sur la pédagogie de Don Bosco   qui privilégie une adhésion   libre et responsable des intéressés à la formation et à la transformation de leurs milieux pour un changement possible et durable.


Le projet social

Le centre a le souci permanent de contribuer au renforcement des capacités des jeunes en situation difficile, leur insertion dans la société globale à travers son accompagnement dynamique dans la formation et des orientations.


La vision du développement

Le CD2A travaille pour un monde autonome dans lequel les hommes, les femmes et surtout les jeunes dans un rapport de pouvoir équitable assurent une meilleure gestion des ressources, maîtrisent les filières agricoles porteuses et le financement où les partenaires en développement assument leur rôle d’accompagnement.


 

Publicités